L’effet bocal

Voila une belle histoire, encore grâce à ce blog. J’avais découvert Mathilde grâce  à son blog  « Une graine dans mon chapeau », où elle montrait ses créations de couture. Entre graines on s’entend bien. Puis tout en continuant de créer et de donner des cours de couture. Elle s’est lancée dans un projet que je ne pouvais que soutenir ! Une épicerie de vrac à Poitiers,avec sa comparse Maryse. Une belle histoire aussi que leur rencontre, leur engagement et leurs espoirs communs. Elles avaient envie de faire leur part de colibris, d’aller plus loin que leurs « petits » gestes verts dans la vie quotidienne. Elles ont donc décider de monter l’Effet bocal !

Pendant des mois, elles ont partagé avec nous leur parcours du combattant , ainsi que les belles rencontres avec des producteurs locaux. Elles ont mis en place un financement participatif, des ateliers pour mieux se faire connaître. Cette aventure a été passionnante à suivre, mais quel travail !! De vraies wonderwomen du vrac ! Et le 20 mai, c’était le jour qu’elles attendaient tant, tout en le redoutant un peu…l’ouverture ! Il fallait que j’aille voir ça de plus près, je leur ai donc fait la surprise de venir à cette occasion. 🙂

Dès 9h30, la boutique n’a pas désempli. Des curieux passant par là, des petites mamies du quartier, comme des clients fans du vrac et attendant cette épicerie avec impatience, certains venant de loin. Tout le monde a joué le jeu, arrivant avec leurs sachets, leurs boîtes en tous genres. Ravis du principe.

La boutique n’est pas dans le centre ville de Poitiers, mais dans le quartier de Montmidi. Elle est très facile d’accès, j’y suis montée à pieds depuis l’auberge de jeunesse, il y a un arrêt de bus juste devant la place centrale , et de quoi se garer ou mettre votre vélo…aucune excuse pour ne pas y aller.

Que trouve t on dans cette épicerie ? …beaucoup de choses. La majorité des produits sont locaux, et bio c’est toujours précisé sur l’étiquette. Il y a plein de sortes de pâtes, des bonbons, des gâteaux ( même sans gluten, que j’ai pu gouter ! délicieux) , des farines, des produits laitiers, oh la belle motte de beurre ! De l’huile, des vinaigres, du vin, des fruits et légumes, du café à moudre sur place. Certains aliments ne sont pas en vrac, mais sont contenus dans du verre. Des jus , des soupes, des terrines, le paradis des gourmands.

Ce que j’ai adoré à l’Effet bocal, et que j’ai rarement vu dans d’autres épicerie du genre. C’est le vinaigre blanc, le bicarbonate et autres éléments nécessaire pour créer ses produits ménagers écolo, en vrac. C’est vrai que le vinaigre blanc, on en utilise beaucoup, donc si on peut éviter les bouteilles en plastique à racheter chaque mois. Ainsi que de la lessive et autre produits vaisselles pour remplir vos anciens bidons.

Et pour que tout soit complet, vous trouverez des pains de savons, shampoings solides, dentifrices faits dans la région. Des brosses à dent en bois, des gourdes et des pailles en métal , des sacs pour le vrac, de quoi remplacer l’essuie tout…pour aller au bout de la démarche zéro déchet, et des livres pour s’informer !Et même quelques objets de créateurs locaux.

En plus de cette caverne d’Ali Baba, des ateliers seront proposés pour apprendre à faire sa propre lessive par exemple; et d’autres astuces pour réduire son impact écologique. Maryse et Mathilde ont tout pensé, jusqu’à la belle déco qui fait de ce lieu , un endroit atypique et agréable.

Bravo encore à elles ! Je leur souhaite toute la réussite qu’elles méritent.

Photo souvenir avec les wonderwomen du vrac

 

L’effet bocal 5 rue Léopold Sédar Senghor Poitiers

 

Se soigner au naturel

Il était temps que je vous fasse découvrir ce livre que j’ai reçu à noël ! C’est le printemps, et c’est maintenant qu’il faut profiter des fleurs et feuilles pleines d’énergie pour se faire des remèdes maison.

Remèdes à faire soi même de Claudine Luu

J’avoue que sur ce coup, je me suis laissée influencer par les avis d’autres blogueuses. A force de voir ce livre, il m’a donné envie, d’autant qu’il vient d’une maison d’édition dont j’apprécie souvent les ouvrages. Et j’ai bien fait de le mettre sur ma liste d’envies. Car il est parfait.

Le maître mot de ce livre est pour moi : la simplicité. Simplicité des plantes utilisées, car ce ne sont que des plantes faciles à trouver dans la nature autour de la maison. Simplicité des techniques, ainsi que des ingrédients à ajouter (ou non)  aux plantes. Tout y est très bien expliqué. En premier lieu vous y trouverez les bases à suivre :comment reconnaître une plante, la récolte, le séchage etc. Puis vous pourrez chercher par ordre alphabétique le végétal que vous comptez transformer.

250 remèdes naturels de Claudine Luu

Il y a toujours, une photo en pleine page, qui permet de bien identifier la fleur, l’arbuste ou l’aromate. En face, dans un petit cercle sont résumés les bienfaits. En quelques lignes, nous pouvons apprendre où cela pousse et à quelle saison, ainsi que les parties utilisées. Un peu de botanique et d’histoire , puis c’est parti pour les différentes manières d’utiliser la plante : tisanes, huiles solarisées , teintures mères, baumes et autres merveilles.

Pour ma part, j’ai la chance de pouvoir profiter du potager de mon père, mais aussi de la belle campagne provençale environnante qui foisonne de romarin , de thym (en fleur en ce moment) par exemple.

J’ai pour projet de réaliser donc des remèdes à base de mélisse (le vin digestif, et l’huile solarisée antidouleur) de thym (la crème hydratante) et de souci (la teinture mère cicatrisante) pour commencer. Qui me paraissent facile à fabriquer.  Mais j’ai bien sûr envie de tout tester !

 

Alors, tentés ? Avez vous déjà fait vos propres remèdes naturels ? Racontez moi , ça !

Brunch & Troc

L’univers du prêt à porter peut représenter pour certain.e.s une tentation constante. De la mode pas chère, qui renouvelle sans cesse ses stocks pour donner toujours envie. On nous affole avec des soldes, des promos, des offres exceptionnelles,  créant le besoin. Mais derrière cela une face obscure se tapit ( je vous en vais parlé ici avec de magnifiques photos..hum). Pour contrer cette surconsommation, il existe bien des alternatives.

Récemment ma copine et blogueuse Marion à proposé d’organiser chez elle un brunch particulier. Un moment convivial entre copines ,et copines de copine, et ainsi de suite. Autour de bonnes choses à déguster, et surtout de quoi troquer. Le principe est simple vous apportez de quoi grignoter et aussi ce dont vous ne voulez plus, vêtements, bijoux, cosmétiques ou objets.

C’est à ce moment là qu’on comprend à quel point nous accumulons, gardons pour on ne sait quelle raison. Il existe maintenant plusieurs méthodes pour faire du tri chez vous, selon Marie Kondo , Béa Jonhson ou d’autres encore. Nous entendons parler de plus en plus de minimalisme, de garde robe capsule. Tout cela vise le même objectif. Réduire notre consommation et surtout comprendre que nous n’avons pas besoin de beaucoup pour être heureux. Et dans le cas des vêtements nous n’avons pas besoin de beaucoup de pièces, tout est une question d’associations multiples avec quelques éléments basiques. En achetant moins, nous pouvons donc nous permettre de nous offrir des vêtements de petits créateurs, de meilleure qualité, et/ou fait en France dans des matières respectueuses de l’environnement, des employés et de nous même par la même occasion.

 

La question de base est « Ai-je vraiment besoin de ça ? Qu’est ce que cela m’apporte de le posséder/ de l’acheter ? » . Le but n’est pas d’être dans une frustration, mais de comprendre que le plaisir que nous apporte le fait d’acheter un objet est éphémère. Et que nous pouvons trouver ce bien être ailleurs. Face à sa penderie, son placard , il est temps de s’interroger  » Depuis quand n’ai je pas porter ce vêtement ? Ou utiliser cet ustensile ?  » Pour un objet, si nous l’avons en double ou en triple, le tri est facile à faire. Nous pouvons aussi prêter, nos dvd, livres, ou notre machine à raclette dont on ne se sert jamais ou 1 fois l’an. C’est une manière de faire vivre ce que nous possédons, si nous ne sommes pas prêts à nous en séparer. Chaque objet a une histoire, il existe des liens sentimentaux ,c’est donc compliqué de s’en défaire parfois. Le tout est de le faire pas à pas. mais après…quel sentiment de légèreté !

 

Après plusieurs essayages, des rires, de bonnes discussions. Nous sommes reparties chacune avec de nouveaux éléments , nous délestant d’autres. Mais nous avons décidé, que ceux qui n’avait pas trouvé une nouvelle maison. Seraient donné à La fibre solidaire, un association sur le Pays d’Aix  récupérant de « vieux » vêtements qui finissent soit en boutique , soit dans un atelier de couture, le tout permettant la réinsertion et l’apprentissage. Une autre économie peut exister, c’est à nous de la créer !

Alors ? Prêt.e.s à faire le tri et troquer ? Prêt.e.s à organiser cela chez vous, au travail, ou dans votre village ou votre cours d’immeuble ?

 

A vos économes !

Dans une démarche anti gaspillage, j’essaye depuis quelques temps de récupérer feuilles, peaux etc de mes fruits et légumes (je vous en avais touché deux mots ici et ici ). Ainsi par exemple avec les peaux des citrons que je bois le matin, je faisais un nettoyant en les laissant macérer dans un mélange d’eau et de vinaigre. Mais j’avais envie d’en savoir plus, connaître plus d’astuce, pour réduire encore mes déchets verts. J’ai donc demandé à Noël le livre Les épluchures de Marie Cochard. (merci Tonton)

Minolta DSC

Que trouve t on dans ce livre sympathique ?

Des recettes évidemment ! L’auteure nous partage des recettes qu’elle a pu tester, ou que lui ont partagé des personnes adeptes du recyclage d’épluchures .Les aliments sont classés par ordre alphabétique. Et il y a toujours des sous catégories, visuellement faciles à retrouver avec des petites icônes :  cuisine, jardin , beauté et soins.

On y apprend par exemple que les pelures de pommes de terre atténuent les poches et les cernes sous les yeux.Qu’on peut faire de la peinture végétale à partir de queue de fraise et de craie. Ou que les peaux de bananes peuvent se transformer en muffins ! miam . Je n’ai pas encore testé cette recette, mais j’en ai très envie ! Bien sûr, il ne faut utiliser que des fruits et légumes BIO, cela va de soit.

Minolta DSC

 

En plus de ces astuces incroyables, nous trouvons des témoignages d’acteurs du zéro déchet, mettant en place des initiatives autour des « épluchures ». Et à la fin du bouquin, il y a même un petit annuaire anti-gaspi en France et ailleurs, avec par exemple les célèbres disco soupes ou autres mouvements, associations engagés. Nous y apprenons d’ailleurs qu’il y a une journée internationale contre le gaspillage alimentaire le 16 octobre de chaque année.

Minolta DSC

 

C’est écologique, économique et gourmand ! Un livre à feuilleter, lire et relire, à éplucher pour se nourrir de chaque détails et bonnes idées.

Voici par exemple une belle idée bientôt  mise en place sur Aix en Provence :Les soupes locales

 

Alors tentés ?

A table !

Un des préceptes de base du zéro déchet est de refuser au maximum les objets jetables, en plastique ,à utilisation unique . Donc aujourd’hui je vais proposer des alternatives pour refuser les couverts en plastique !

Bien sûr, vous pouvez vous promener avec des couverts de votre cuisine enroulées dans votre serviette de table en tissus dans votre sac. Cela peut être encombrant, voire bruyant « CLINK CLINK le sheriff anti-plastique arrive ! » Mais c’est déjà ça 🙂 Si vous aimez partir en camping ou en rando, avez vous déjà des ustensiles pratiques , léger, voire escamotables pour casser la croute facilement. Vous pourrez peut être piocher dans ce que vous avez.

  • Vous pouvez utiliser le tout en un. Comme un couteau suisse, mais contenant  seulement des couverts, qui lorsqu’on déplie ses éléments, cela donne deux parties. Cela prend peu de place, mais attention si vous devez prendre l’avion ! J’ai malheureusement pas mal de mes couteaux, même inoffensifs en alu , à bout rond avec de minuscules petites dents gentilles qui ont finis à la « poubelle ». Vous pouvez en trouver dans les magasins de sports, de rando, même chez des droguistes/quincaillers . Sachez que Nature et découverte propose un Tout en un qui ressemble à une cuillère, mais a son autre bout a une fourchette, je ne me souviens plus s’il y a une partie coupante…je ne l’ai pas testé. Si vous oui, je serais ravie d’avoir un retour.

 

  • J’ai beaucoup utilisé mon tout en un quand je déjeunais sur mon ancien lieu de travail. Mais maintenant, j’ai toujours des couverts dans mon sac à main . Ce sont des couverts en bois très léger. Que j’ai du récupérer dans un restaurant. Super pratiques, je peux les dégainer plus vite que mon ombre en toutes circonstances.

Minolta DSC

  • Et pour les plus agiles d’entre vous, il y a les baguettes !

baguettes "chinoises"

 

J’espère que cela vous inspirera ! Pour les plus créatifs et manuels vous avez la pâte fimo, l’argile, ou la sculpture de bois.

Houhou ! c’est chouette je vous propose de gagner , une fourchette et un couteau en bambou (hauteur 14cm) pour un parfait super héro du zéro déchet. 3 personnes peuvent gagner.  Ca vous tente ? Alors laissez moi un petit commentaire au bas de cette page, en me disant ce que vous aimeriez manger avec ces couverts eco-responsables. Et je ferai un tirage au sort à la fin de la semaine, à vous de jouer !

Minolta DSC

Du « Fait maison » à chaque saison

En revenant des fêtes de Noël , sur notre long périple de retour. Arrêts obligatoires aux stations services . Le coin livre me fait toujours de l’oeil.  Et j’ai craqué pour un petit cahier de recettes de cosmétiques (et pas que) faites mains bio.

Minolta DSC

J’aurais préféré un titre du genre « Je prends soin de moi 100 % bio » , mais c’était peut être un peu long. Parce que « je suis belle », je trouve ça un peu réducteur, et en plus les hommes n’auraient ils pas le droit de se faire leur propre eau de cologne ou leur baume à lèvres ? Je cherche la petite bête…Car en fait, là est bien le seul défaut de ce petit carnet.

Alors, que trouve t on dans ce cahier plein de couleurs ? 

=> De quoi se chouchouter tout au long de l’année et offrir des cadeaux faits maisons.  Il y a comme je vous l’ai dit plus haut, des recettes pour faire ses cosmétiques, mais aussi des recettes culinaires, des astuces santé …

Le cahier est découpé par mois, et vous avez un tuto par semaine. Tout à fait en lien avec les besoins du moment. Une page introductive résume les produits à posséder pour réaliser vos recettes pour le mois à venir. En essayant de piocher au maximum dans ce que l’on a dans son placard. -J’apprécie le fait que les ingrédients de base soient plutôt faciles à trouver-. Et le budget total de ce que cela représentera.

A chaque semaine son petit atelier avec une  horloge qui vous indiquera sa durée, bien sûr la liste des ingrédients et la marche à suivre. Plus parfois, des encarts offrant des données complémentaires. C’est concis, facile et visuel.

Et cerise sur le gâteau, pour ne pas oublier quand mettre en place tout ça, quand filtrer votre macération pour finaliser votre produit etc, vous avez une calendrier où tout est rassemblé. A mettre à vue, sur votre frigo ou autre, afin de se motiver ou de ne pas perdre le fil.

 

Vous l’avez compris ce petit cahier me plait beaucoup, il sera un de mes défis 2017 pour faire encore plus moi même.

Pour l’instant je n’ai pas pris le temps de tester , mais certaines recettes de Février me tentent bien : spray aux huiles essentielles pour la maison ou les bonbons pour les maux de gorge par exemple.

Alors tenté.e.s ? Connaissez vous d’autres cahiers ou livres de ce même genre, que vous voudriez me faire connaître ?  Je suis preneuse.

Je suis belle 100%Bio aux éditions Solar 7€90

L’affaire est dans le sac

Avec la nouvelle loi interdisant (enfin) les sacs en plastique, nous voila peut être un peu dépourvu (dès que la bise fut venue). Comment se dépatouiller au magasin ? Le 1er réflexe pour le kit de survie zéro sac plastique, est de toujours avoir de quoi mettre ses courses sur soi.  Pour un gain de place et de praticité voici quelques idées ! Évidemment cela ne va pas aider à transporter du poisson frais ou autre fromage dégoulinant . pour cela il vous faudra en plus des boites ou bocaux. Mais restons en aux éléments de base.

En tant que super héro du quotidien pour sauver la planète de l’asphyxie plastique munissez vous toujours dans votre sac :

  • d’un ou deux petits sacs à coulisse pour le vrac, on ne sait jamais…si vous étiez pris d’une envie soudaine de noix de cajou au curry en vrac.

Minolta DSC

  • Pour un gain de place , optez pour le filet à provision. Piquez celui de votre grand mère, achetez en un (cela se trouve en magasin bio, ou quincaillerie. Il existe une marque made in France : FILT) ou pour les plus manuels d’entre vous, crochetez le !

filet à provision fait mains

  • Ou munissez vous du très tendance Tote bag. Facile à coudre, mais il y en a de tellement beaux faits par de petits créateurs. autant se faire plaisir , c’est pour la bonne cause ! 🙂

Tote bag

  • Et si vous n’avez pas de sac, me diriez vous . Au moins avez vous une poche dans un de vos vêtements ? Alors ne vous séparez jamais d’un beau foulard. Pour en faire un sac , à la mode japonaise (furoshiki)

Fukoshimi

Et vous voila parés pour sauver le monde, fastoche non ? A vous de jouer, super héro du zéro déchet !