L’exception Marco Polo

Etre ou ne pas être locavore telle est la question. Décroissance, minimalisme, zéro déchet, autant d’exigences que l’on se fixe pour le bien être de notre corps , d’une économie plus juste et de notre planète. Mais savoir souffler et prendre du recul par rapport à cette pression de super héro de l’environnement semble parfois nécessaire…

A vrai dire j’écris cet article autant pour vous que pour moi, pour ne pas oublier que nous ne sommes pas parfaits (et qu’il n’y a pas d’intérêt à l’être) et qu’il est bon déjà de se féliciter pour ce que nous réalisons  dans notre quotidien. Bien sûr nous pouvons faire mieux, toujours mieux. Mais il serait bien de se rappeler que toute la responsabilité du respect de la nature et d’un mieux vivre, ne pèse pas seulement sur nos frêles épaules individuelles.Locavore = manger et consommer local:

 

Manger local, et de saison ;  et faire constamment attention à notre manière de consommer, peut être clairement une source de frustration. Surtout au commencement. Cette frustration avec le temps,  se change souvent  en acceptation : on se dit alors que les avocats du Pérou ne nous manquent pas tant que cela, qu’on peut bien vivre sans bananes. Que notre vie ne s’en porte pas plus mal.

Le fait d’être locavore me laisse imaginer avec amusement que je porte un gros tutu de 150 km de rayon. Tout se qui se situe dans ce tutu , je peux l’acheter. Ce qui me rend enthousiaste dès que je visite une nouvelle région. C’est comme une chasse aux trésors.  De nouvelles découvertes s’offrent à moi.  Je ne suis pas de ces extrémistes du local, qui réprouvent même les conserves préférant le frais. Si cela leur chante de manger des pommes tout l’hiver (et encore ! …cela est selon la région) grand bien leur fasse.  Mais il faut être réaliste, selon votre lieu d’habitation, les choix et la diversités des fruits et légumes peuvent vite se réduire comme peau de chagrin. Même si de plus en plus d’initiatives se créent en plus des AMAP, de marchés de producteurs, la ruche qui dit oui. Vous pouvez maintenant vous faire livrer directement chez vous ou sur votre lieu de travail des paniers bio et/ou locaux ( Cababio, Harlem Bio, localizzz…), ou même aller à un drive paysan !  (on n’arrête pas le « progrès » )   J’ai lu l’expérience de Marie qui à changé du tout à tout son mode de consommation pendant 66 jours, sur…Paris !  Elle a découvert au fur à mesure tout un nouveau réseau insoupçonné, mais s’est aussi rendue compte que durant l’hiver à part des pommes et des coings, rien d’autres ne poussait en Ile de France.

Manger local, bio et vegan en PACA : réalité ou utopie ? | Vegan Freestyle:

Dans le locavorisme il existe un joker, que l’on appelle « l’exception Marco Polo » qui concerne principalement le thé, le chocolat, les épices ou le café. Que nous ne pouvons pas trouver dans notre Pays. Personnellement, je me mets tellement la pression sur mon mode de vie, que je suis en train de lâcher un peu de leste. En plus, à force de lire des témoignages de végétaliens ou de crudivores qui vous expliquent que manger uniquement des fruits et légumes même venant de loin comme des ananas, des patates douces, avocats etc etc . Serait toujours moins polluant que d’être carnivore à vélo. On en perdrait ses chatons latinistes ! En tout cas moi, ça me perturbe.

Quand j’habitais en Normandie, je faisais plus attention encore à mes achats que maintenant. Heureusement, il y avait des fraises locales ! Mais finis les fruits à chairs jaunes, les abricots gorgés de soleil, les pêches sucrées et autres délices d’été dont je me régalais en Provence. Le prix de ces fruits m’aidait à ne pas trop regretter… En revanche, impossible de me passer d’huile d’olives ! ah ça non !

Etre #locavore, c'est aussi encourager la vie économique locale et favoriser les circuits courts #200km:

source: Pinterest

Peut être est ce l’âge, l’ organisation de mon quotidien, ou le fait que l’exigence que je me suis moi même imposée me lourde en ce moment, bref …actuellement j’ai parfois du mal à ne pas suivre mes envies culinaires et restreindre mes achats à un périmètre départemental voire régional. Donc je suis locavore à ma sauce, dur dur de ne pas culpabiliser, mais un petit plaisir face à une grande frustration passagère me permet de trouver doucement un équilibre. Souvent pour mes jus du matin, j’ai acheté des bananes . Mais face à ça j’ai diminué ma consommation de thé , je bois plus des tisanes de plantes du jardin de mes parents. Je crée mes propres règles , mes propres exceptions Marco Polo. En agrandissant mes achats locaux aux artisans et créateurs. Ce qui pour moi va de paire avec cette alimentation et permet de voir d’une manière globale notre consommation. Et je me dis que si je change de région, je continuerai à faire de mon mieux, tout  en m’offrant des petits écarts. J’ai la chance pour le moment de vivre dans le Sud de la France, avec une palette agricole très large ; et j’en profite au maximum. Félicitons nous déjà de ce que nous réalisons pas après pas. Une petite pierre à l’édifice qui à tout de même le don d’exister, tout en tentant de semer des graines dans l’esprit de personnes que nous croisons ou que nous côtoyons.

Et vous, achetez vous local ? Vous octroyez vous des écarts Marco Polo ?

Petit bonus : si vous ne connaissez pas bien les fruits et légumes de saison , allez découvrir le chouette travail de Claire-Sophie Au Pissenlit et son très chouette calendrier perpétuel de saison.

Et si vous voulez revoir ou découvrir  les épisodes de l’émission » 200km à la ronde » où cinq familles se sont prêtées au jeu de manger 100% local c’est par là .

 

Publicités

2 réflexions sur “L’exception Marco Polo

  1. je ne connaissais pas l’expression « exception Marco Polo ». j’aime bien 🙂
    Oui, se nourrir uniquement, exclusivement en local, ce n’est pas possible… mais tous les efforts sont louables.
    (C’est marrant, je suis en train de réfléchir à un article sur la difficulté de se nourrir…. quand on veut le faire par conviction. bio? local? vegetalien?grudivore? sans gluten? chrononutrition??? etc.)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s