Le cornichon échappé de son bocal

IMAG0678

« Ah, tu es ce genre de fille là ! » Comprenez une fille à bocaux. La scène se déroule lors de la pause déjeuner au travail. Je sors de mon sac un bocal de récup, dont je me sers pour conserver et transporter mon repas. Car oui, j’ai bazardé toutes les boites en plastique dont j’avais hérité au fil des années, dès ma prise d’indépendance. J’avoue en avoir gardé une ou deux de grandes tailles, allez mettre une portion de tarte dans un bocal en verre ! (Avant de trouver mieux…)

S’en suit une  discussion mouvementée , comme peuvent s’en créer sur des sujets comme « être végétarien », « manger local et/ou bio » « limiter ses emballages » et j’en passe. Il y a ceux qui approuvent, qui émettent le souhait de vouloir faire de même. Comme la collègue qui m’a fait la réflexion. Ceux qui trouvent ça bien, mais ne le feraient pas, parce que..la vie quoi ! Le rythme professionnel, la recherche de facilité, le besoin de rapidité. La belle affaire. Et ceux qui trouvent ça ridicule, la goutte d’eau dans l’océan, le geste de toute manière inutile. Certains poussent la provoc’ en allant me dire « Ohlala, la chiante dans toute sa splendeur ! Je ne pourrais pas être avec une fille comme toi..j’imagine que tu manges du tofu. » Etant donné que la perspective d’être en couple avec une personne doté d’une telle mentalité ne m’attire guère. Je ne réponds rien.

Mais le fait est, que parfois, rien que des gestes comme celui là, qui colle à mes idéaux. Une sorte d’engagement et de changement facile. Me donne l’impression d’être un OVNI. (Même si les choses sont en train de bouger, ouverture de magasins en vrac, multiplication des adeptes du livres Zero waste Home de Bea Johnson.) La fatigue, le ras le bol général, le regard des autres peuvent parfois mettre en branle ces petits riens qui font la différence.

Pourtant je ne suis pas une écologiste extrémiste, qui tente de convertir à coup d’images choc ou de culpabilisation. J’ai même arrêter de me définir comme écologiste, d’abord parce que je n’aime pas être mise dans une catégorie. Et ensuite, parce qu’à mes yeux, j’ai juste un comportement normal. Je ne dis pas que j’ai la parole divine, mes agissements ne sont pas parfaits, en hiver j’adore rester sous la douche chaude jusqu’à plus soif par exemple. Mais je crois aux pouvoirs des petits actes quotidiens. Et « l’exemple » se met en place de lui même, en vivant comme nous l’entendons. Sans chercher à dire « Tu vois comme je fais bien. Tu devrais faire la même chose ! »

Si j’ai réussi à allumer des étincelles de conscience, dans les boutiques en refusant un sac plastique, en réutilisant mes sachets papier chez le primeurs ou au marché. Cela me rendra heureuse d’autant plus. Malgré la pression que je peux me mettre pour acheter sans trop d’emballage, plutôt dans du verre, local, frais, de saison et parfois Bio. Ce sont beaucoup de contraintes, c’est harassant.  Etant en plus d’une nature à culpabiliser si je fais un pas de côté. Bien sûr c’est excessif, bien sûr c’est un point de vue à réguler avec moi même.

Mais être différent dans sa consommation, à un aussi petit stade que celui là, est un petit combat au quotidien. Nous pouvons faire changer les choses. C’est peut être de l’écologie du dimanche , mais c’est ma façon d’apporter ma pierre à l’édifice.

Minolta DSCMinolta DSC

Photos prises par Dormance, merci de respecter les droits d’auteur.

Publicités

Une réflexion sur “Le cornichon échappé de son bocal

  1. Pingback: Conserves, confitures et autarcie | Dormance Petit-Chat-Grain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s